• La compagnie d'architecture [LOCAL A LOUER] ou LALCA

    Association crée en 2008, LALCA est un laboratoire de recherche théorique et expérimentale qui tente d’observer comment la ville se fabrique à l'encontre de ce(ux) qui - cause ou conséquence – l'effraie. C’est aussi un lieu de production d'histoires, d'images et d'expériences artistiques qui s'écrivent au fur et à mesure, dans les territoires où l'on s'inscrit et avec ceux dont on ne voudrait pas entendre la voix et qui sont restitués dans l'espace public. Comme le Marco Polo d'Italo Calvino, nous voulons voir, déchiffrer, capturer l'identité des villes invisibles à la ville officielle ; villes inconcevables, villes fantasmées, villes réelles pourtant.

     

    La ville s’est toujours construite contre ses potentiels ennemis. Elle a d’abord érigé des fortifications contre l’étranger, puis du haut de ses murs d'enceinte, elle a tourné ses canons contre l'ouvrier. Aujourd’hui, fortifications et canons se sont mus en système d’empêchement et de contrôle. Plus encore, infiltrés à l’intérieur même des mots et du langage courant, ils deviennent pensés urbaines. Si bien que la ville s'érige toujours contre le pauvre, ouvrier ou étranger.

     

    D'autres villes, rêvées ou réelles portent en elles un autre, un à côté, un à-venir, une possibilité de faire poli(s)tique. De la smala d'Abd-el-Kader à la cité de nulle part de Thomas More, des îlots de pauvreté de Yona Friedman aux villes invisibles d'Italo Calvino, certaines villes ouvrent un éventail des possibles, ne se substituant pas au réel, elles s'introduisent dans le mouvement même de l'histoire.

     

    Ainsi depuis 2008, Lalca tente de proposer des alternatives à la ville contemporaine, en mettant en place des projets sur et dans l'espace public. Ces différents projets se sont toujours inscrits dans une réflexion sur l'habiter questionnant nécessairement l'histoire de nos sociétés contemporaines, la place des étrangers dans la ville, l'inéluctable mobilité lié à la précarité du travail et de façon plus poétique, la place des mots et de la connaissance, tout autant que la place des hommes.

     

    http://localalouer.blogg.org
    localalouer.cie@gmail.com

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique